une monnaie locale complémentaire

C’est nouveau ?

A l’origine, toutes les monnaies étaient locales. Une monnaie était simplement une unité de mesure facilitant les échanges. Depuis quelques années, des centaines de MLC  fleurissent partout dans le monde et en France (Toulouse, Brest, Lyon, Grenoble, Chambéry, Romans, Villeneuve/Lot…)L’Abeille, première monnaie locale créée en France,   se développe à Villeneuve sur Lot, la deuxième fut la nôtre, que nous développons actuellement sous le nom de la Luciole de Privas à la frontière du Gard .

.A quoi ça sert ?

A dynamiser l’économie locale et les échanges solidaires.                               Comme on ne peut la dépenser que localement, une monnaie locale complémentaire favorise le maintien du fruit des échanges effectués sur le territoire couvert par la mlc. Elle consolide, enrichit et préserve l’économie locale et le lien social.

A développer notre conscience de consommateurs ou de producteurs: Une MLC questionne nos besoins, notre engagement, notre responsabilité.

A réduire notre empreinte écologique : En favorisant les produits locaux, elle recrée une société ancrée sur son propre territoire. Elle stimule un circuit court entre les producteurs, utilisateurs et réduit l’empreinte carbone. Elle favorise la création d’emplois locaux.

Quelle différence avec un SEL ?

Un SEL (Système d’Echange Local) favorise les échanges de services, de biens ou de savoirs hors de la sphère marchande, ce qui exclut les entreprises et les collectivités. Une MLC permet d’intégrer les professionnels, et facilite les échanges entre les utilisateurs.

 

Qui est concerné ?

Tout le monde : les habitants, commerçants, artisans, petits producteurs, services de proximité, mairies, associations…

 

Est-ce légal ?

Oui. La loi l’autorise (au même titre que n’importe quel bon d’achat), à partir du moment où une MLC circule parmi un réseau d’adhérents. (Voir le code monétaire et financier, Article L521, Chap. 3, alinéa 1).

La luciole se présente sous forme de billets de 1, 3, 7, 10, 20 lucioles. Nous étudions la possibilité complémentaire d’un paiement possible électronique.

Est-ce qu’elle remplace l’Euro ?

L’Euro continue à circuler, une MLC n’a pas vocation à le remplacer, c’est pourquoi elle est dite « complémentaire ». Néanmoins, en cas de crise économique, elle diminue notre dépendance au système financier.

Le dédoublement monétaire

Les achats de lucioles sont effectués par l’adhérent. Les lucioles vont circuler sur le territoire local et vont donc bénéficier à l’économie locale exclusivement,  les euros vont être déposés à la N.E.F. (coopérative financière hébergée par le crédit coopératif), 50 % en garantie bancaire, 50% pour des projets écologiques pouvant être orientés sur la vie locale.

 

Où se les procurer ?

Auprès de l’association ou auprès des comptoirs de change où vous pouvez convertir des euros en lucioles. Seuls les prestataires peuvent convertir des lucioles en euros. On peut aussi en recevoir directement par d’autres biais (défraiements ou salaires, dons, rendus de monnaie).

Les lucioles circulent sur les bassins de vie des adhérents, de la vallée de l’Eyrieux à la frontière du gard

Le tableau du Réseau Lucioles répertorie les producteurs, commerçants, associations, artisans et autres professionnels membres du réseau. Il est disponible sur le site (voir colonne de gauche) par activité ou par localité.

Pour mieux les repérer, les prestataires sont signalés par des autocollants et un visuel que chaque prestataire doit mettre en bonne vue.

Les commentaires sont fermés.